CPCP Centre Permanent
pour la Citoyenneté et la Participation

ASBL d’Éducation Permanente reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles

 
Vous êtes ici : Accueil Publications

Publications : Études et Prospectives

419 Publications
  • Analyses
    politique_commune_defense

    A la sortie de la deuxième guerre mondiale, l’objectif des pays européens était d’éviter à jamais une nouvelle guerre. C’est d’ailleurs cette motivation qui les a unis dans un long processus de communautarisation toujours en cours. Le premier objectif reste atteint, puisque l’Union européenne garantit depuis plus de 50 ans la paix sur le continent.

    Le marché commun, la libre circulation des biens, des personnes, des capitaux, la monnaie unique tendent vers une unification des liens de plus en plus étroite et rendent improbable un conflit militaire entre Etats membres.

    novembre 2009
    Auteur(s) : Aynur Karagoz
  • Analyses
    enjeux_elections_iran_06-2009

    Le 12 juin 2009, le président de la République islamique iranienne, Mahmoud Ahmadinejad, est officiellement reconduit pour une période de 4 ans. Á peine les résultats officiels proclamés, son principal rival (Mir Hossein Moussavi) et les pays occidentaux crient à la fraude électorale. S’ensuivent de grands mouvements de contestation qui auront parfois des suites tragiques pour ces contestataires : des dizaines de manifestants tués et des milliers emprisonnés.

    (...)

    novembre 2009
    Auteur(s) : Julien Milquet, Chercheur-associé au CPCP
  • Analyses
    onu_reforme_conseil_secu

    En 2003, le Secrétaire général des Nations Unies, Koffi Annan, procède à un bilan et constate que les Nations Unies sont « à la croisée des chemins ». 
    Il décide dès lors de plaider, entre autres, pour une réforme du Conseil de Sécurité de l’ONU. Il estime que le Conseil doit « regagner d’urgence la confiance des États et de l’opinion publique mondiale, non seulement en démontrant qu’il est en mesure de s’attaquer efficacement aux questions les plus difficiles, mais aussi en devenant plus largement représentatif de la communauté internationale dans son ensemble ainsi que des réalités géopolitiques du monde contemporain ». 
    Ainsi, depuis plusieurs années, la réforme du Conseil de Sécurité fait l’objet de nombreuses discussions. 
    Pourquoi est-elle considérée comme nécessaire ? Quelles sont les différentes possibilités envisagées, ainsi que les raisons pour lesquelles aucune d’entre elles n’a pour l’instant abouti ?

    novembre 2009
    Auteur(s) : Elise Ottaviani
  • Analyses
    enseignement_qualifiant

    A la suite de réflexions menées lors de tables rondes avec des experts et professionnels de terrain, se pose la question de la valorisation de l’enseignement qualifiant en Communauté française. Celle-ci mérite d’être analysée.

    Par enseignement qualifiant, on entend l’ensemble des filières de transition, techniques et professionnelles et des Centres d’Education et de Formation en Alternance (CEFA), qui sont proposées dans l’enseignement obligatoire.

    L’enseignement qualifiant souffre des différents phénomènes de relégation.
    L’image d’un enseignement qui fait éclore « l’intelligence des mains » fait place à l’image d’un enseignement qui accueillerait uniquement des jeunes en situation d’échec.

    novembre 2009
    Auteur(s) : Marianne Tilot
  • Analyses
    ecole_maternelle_obligatoire

    Le débat n’est pas neuf. S’interroger sur l’opportunité d’étendre l’obligation scolaire à l’école maternelle est d’ailleurs somme toute assez sain. En effet, c’est là la preuve que le système éducatif et ses acteurs acceptent de se remettre en question et de réinterroger leurs pratiques afin de garantir, à chaque enfant, les mêmes chances pour leur vie future.
    Une telle démarche peut également s’avérer peu rassurante car elle ouvre la voie à d’autres interrogations bien légitimes : la place et le rôle respectifs de la famille et de l’école, les sphères de compétences de chacune, les complémentarités à mettre en oeuvre, les barrières contre certains abus qui pourraient survenir, la « co-création » d’une culture et des visées communes à tous les acteurs, la valorisation des expériences et du passé de chacun, le respect des identités et des cultures, etc.
    Cette analyse nous permettra de dresser un inventaire du bien-fondé de l’abaissement de l’âge de l’obligation scolaire, tout en gardant à l’esprit les difficultés que rencontrerait une telle mesure si elle devait être adoptée par le niveau politique.

    novembre 2009
    Auteur(s) : Philippe Dreye
  • Analyses
    culture_scolaire

    Les éditions successives des enquêtes internationales mesurant les performances des élèves à l’école ont montré que notre système d’enseignement s’avérait particulièrement discriminant : les élèves forts qui fréquentent des établissements forts le sont généralement à un haut niveau, tandis que les élèves faibles qui fréquentent des établissements faibles le sont généralement à un bas niveau.
    Pourquoi de telles différences ? Quelles stratégies les élèves forts développent-ils afin d’atteindre de tels résultats ? Quelles dynamiques s’exercent, excluant les élèves les plus faibles de nos modèles scolaires ? Existe-t-il une culture scolaire propre à une élite inaccessible aux autres enfants ?
    L’école néglige-t-elle volontairement d’autres formes de cultures que celle  reconnue socialement ?
    Ce sont là quelques-unes des questions qui guideront notre réflexion au cours de cet article, qui sera par ailleurs poursuivie, déclinée et enrichie dans de prochaines publications.

    novembre 2009
    Auteur(s) : Philippe Dreye
  • Analyses
    g20_belgique_scene_internationale.jpg

    Cette analyse a pour objet de montrer que la place diplomatique de la Belgique et son poids politique sur la scène internationale diminuent en fonction des changements de rapport de force économiques et démographiques mais aussi en raison des dissensions internes, des forces centrifuges en Belgique et de la faiblesse de la représentation extérieure qui en résulte. L’absence de la Belgique comme membre du G20, cette nouvelle instance de régulation économique et financière, en est un indice important.

    septembre 2009
    Auteur(s) : Georges Dallemagne
  • Analyses
    2_lecons_crise

    Nous souvenons-nous encore qu’il y a un an les prix s’envolaient à la suite de celui des matières premières ? La perspective d’un baril à 200 dollars nous rappelait que nous vivons dans un monde fini et que nous allions devoir apprendre à vivre avec des énergies chères. Nous ne parlions alors que de la perte de notre pouvoir d’achat.Un an plus tard, nous sommes au centre de la principale crise économi-que depuis quatre-vingt ans. Paradoxalement, pourtant, le pouvoir d’achat d’une grande partie de la population a augmenté. L’inflation n’est plus qu’un mauvais souvenir et l’effondrement du prix du baril nous incite à remplir nos cuves à mazout et nos réservoirs de voiture avec d’autant plus d’in-souciance que nous nous rappelons les prix de l’an passé. La crise, il est vrai, se manifeste par vagues successives et ne frappe pas tout le monde de la même manière. Il est encore possible aujourd’hui d’être au cœur de la tempête sans avoir le moindre cheveu mouillé.

    septembre 2009
    Auteur(s) : Laurent De Briey
  • Analyses
    ecoles_familles_defavorisees

    « Ils ne viennent pas aux réunions de parents, on ne les voit jamais, ils arrivent systématiquement en retard au rendez-vous ou viennent le lendemain, ils ne lisent pas les mots donnés par les enseignants » etc. Ces paroles entendues fréquemment dans la bouche des enseignants montrent la difficile relation qui peut exister entre les familles issues de milieux défavorisés et les acteurs scolaires.

    septembre 2009
    Auteur(s) : Bernadette Matton
  • Analyses
    integration_ecole

    S’il est communément admis qu’elle est un lieu de formation privilégiée, l’école est également le lieu de l’apprentissage du vivre ensemble. Or, comment se comprendre lorsqu’on ne partage pas un même vécu, une même histoire, une même culture ? La richesse de l’avenir de l’Europe se construit
    petit à petit dans la confrontation positive des identités des populations scolaires, autochtones ou d’origine immigrée.
    (...)

    septembre 2009
    Auteur(s) : Philippe Dreye
  • Analyses
    reussite_milieupopu

    Dans les années 60-70, les sociologues Bourdieu et Passeron ont mis en évidence la reproduction des clivages sociaux par l’école. Selon ces auteurs, le niveau socio-culturel de la famille exerce une influence prépondérante sur la réussite des enfants et la poursuite de leur parcours scolaire. Plus les parents disposent d’un capital culturel important et plus les enfants auront des chances de réussir à l’école.
    Ainsi, lorsqu’on étudie le phénomène selon une vision macro-sociologique c’est-à-dire selon un haut degré de généralité, le facteur social devient une des causes prépondérantes de l’échec scolaire.

    août 2009
    Auteur(s) : Bernadette Matton
  • Analyses
    citoyen_eu

    Lorsque nous parlons de citoyenneté, qu’entendons-nous exactement ? Le terme est devenu à la mode mais pourtant il est très ancien. Il existe certes de nombreuses significations à ce concept mais ne serait-il pas galvaudé ? Existe-t-il une citoyenneté européenne ? Nous sentons-nous européen ? Développons-nous un sentiment d’appartenance vis-à-vis de l’Europe ? Les symboles de l’Union proposent-ils un arsenal constituant une citoyenneté identitaire européenne ? 
    Ce sont autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre par le présent article.

    juillet 2009
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    service_eu

    L’Union européenne apparaît aux yeux des citoyens comme une entité éloignée des problèmes du quotidien. Elle est surtout méconnue et ses actions sont peu relayées dans les médias. De plus, les politiciens nationaux récupèrent les succès européens comme les leurs et rejètent les échecs sur l’Union. La population a, par conséquent, une vision tronquée de cette entité. Il faut reconnaître sa complexité de fonctionnement qui décourage de nombreux citoyens à s’y intéresser. Cependant, si nous nous penchons plus en avant sur la question, nous découvrons que 70 à 80% de notre législation provient directement de l’Europe. Nous ne pouvons donc pas nier le fait qu’elle a un impact sur notre vie de tous les jours. Quelle est cette législation ? Pourquoi l’Union a-t-elle été fondée ? Que font les eurodéputés ? 
    Ce sont là toutes des questions légitimes que se posent de nombreux Européens et auxquelles nous tenterons d’apporter une réponse. Il est vrai que l’Union pratique la politique « des petits pas » car il n’est pas facile de concilier 27 points de vue. Néanmoins son action est réelle et tend vers l’efficacité pour plus d’harmonie, de sécurité...

    juillet 2009
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    reseaux_web

    Tu n’es pas encore sur Facebook ? As-tu créé ton profil ? Tu ne connais pas Facebook, comment est-ce possible ?
    Qui n’a pas encore entendu ces questions au détour d’une conversation ?
    Pour être in aujourd’hui, il faut être inscrit sur un, voire plusieurs réseaux sociaux en ligne.
    Nous assistons à l’explosion du nombre de moyens de communication. Ceci étant permis grâce au développement exponentiel des nouvelles technologies. Les derniers médias à la mode ne sont autres que les sites de socialisation. Ce type de site a envahi le Web ces dernières années.
    Nous pouvons même parler de phénomène de société. Selon un article de La Libre Belgique, plus de 2,2 millions de Belges sont des utilisateurs de ces réseaux.

    juillet 2009
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    europe_bxl

    Bruxelles est la capitale de l’Union européenne. A ce titre, depuis les années soixante, l’extension du quartier Nord-est de la ville de Bruxelles fait face à des projets immobiliers incessants pour accueillir les institutions européennes. Les autorités belges ont favorisé cette expansion pour mettre en place les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement des institutions européennes. Mais aujourd’hui, elles sont face à une impasse.
    Elles doivent relever le défi de la fracture sociale entre les fonctionnaires européens et la population bruxelloise.

    juillet 2009
    Auteur(s) : Aynur Karagoz
  • Analyses
    energie_arme_politique

    L’approvisionnement énergétique est une question brûlante qui frappe particulièrement l’Union européenne. En effet, l’Union est fortement dépendante de l’extérieur car elle ne dispose pas de réserves d’hydrocarbures en suffisance pour répondre à ses besoins. De plus, vu que sa consommation s’accroît au fil des ans, sa dépendance croît aussi. Etant donné que notre système économique repose essentiellement sur les énergies fossiles, il sera nécessaire d’en assurer la viabilité grâce à un bon approvisionnement énergétique. Dans un avenir proche, un des défis majeurs de l’Europe sera le développement d’énergies alternatives. Entre-temps, il faudra qu’elle s’affranchisse de dépendances vis-à-vis de pays comme la Russie, qui lui fournit du gaz en grande quantité. La Russie fournit 25% de la consommation en gaz de l’UE, dont 80% transitent par l’Ukraine1 et 20% par la Biélorussie. Au niveau politique, l’énergie est une arme car elle peut servir de monnaie d’échange lors de négociations internationales. Elle permet de donner du poids aux positions et aux intérêts de ceux qui la possèdent. Le conflit gazier entre la Russie et l’Ukraine en est une parfaite illustration. La problématique est complexe et rentre dans un jeu d’influence féroce au niveau des relations internationales parce que, entre autres, Moscou veut retrouver sa puissance et son lustre d’antan.

    juillet 2009
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    heterogeneite_eleves

    La réussite scolaire en Communauté française est fortement liée à l’indice socio-économique de l’élève. L’hétérogénéité s’entend tant au sein d’une même classe qu’au sein d’une même filière ou au sein d’une école. Dans cet article, il sera essentiellement question de l’hétérogénéité des élèves.

    Le constat de réussite liée à l’indice socio-économique se retrouve au niveau macro, dans les études internationales, et au niveau micro, sur le terrain.

    (...)

    juillet 2009
    Auteur(s) : Bernadette Matton
  • Analyses
    partenaire_educ

    En 2014, nous fêterons les cent ans de l’enseignement obligatoire en Belgique.
    En un siècle, les conceptions de l’école ont bien évolué. La relation d’enseignement s’entend maintenant de manière réciproque entre enseignant et élève. Les établissements s’ouvrent progressivement à la vie de quartier ou de la commune et il n’est pas rare de voir des mouvements de jeunesse ou des clubs sportifs fréquenter les infrastructures scolaires à l’occasion.
    Cependant, ne serait-il pas utile d’intégrer – c’est-à-dire, à la différence de la notion de fréquentation, de créer des collaborations réciproques – les partenaires éducatifs dans les projets scolaires ? Quelles complémentarités peuvent s’établir entre eux ? Comment favoriser le dialogue entre l’équipe enseignante et les cellules familiales, sous leurs différentes formes ?
    Ce sont là quelques-unes des questions fondamentales qui doivent guider la réflexion des méthodes pédagogiques de l’école du vingt-et-unième siècle et que nous nous proposons d’aborder au fil des pages suivantes.

    juillet 2009
    Auteur(s) : Philippe Dreye
  • Analyses
    pubs_surconso

    La publicité nous pousse-t-elle à consommer ? Cette question peut passer pour une évidence.
    Par excellence, elle est sa raison d’être et son essence. La tentation est d’autant plus forte qu’elle est omniprésente. Nous la trouvons dans les magazines, les quotidiens,
    à la télévision, dans la rue, sur internet,... Tout est prétexte pour nous pousser à la consommation. Elle fait partie intégrante de notre quotidien. Les supports sont de plus
    en plus nombreux et variés, lors d’évènements, sur les automobiles... En bref, elle est partout et s’immisce subtilement là où on ne le pense pas, par exemple dans les films ou encore dans les clips vidéo. Si nous prenons le dernier clip de David Ghetta et que nous faisons attention aux détails nous remarquons différents produits tels que : une boisson
    énergisante, une nouvelle voiture ou encore une marque de vêtement. Pour preuve, cette marque automobile a décliné une série spéciale au nom de David Ghetta. C’est à notre inconscient qu’elle s’adresse, nous sommes imprégnés de différents univers comme celui de coca-cola qui consacre une part non négligeable de son chiffre d’affaire dans la publicité.
    Nous n’avons pas pour but de lyncher la publicité mais bien de mettre en garde contre ses dérives. L’ex-PDG de TF1 Patrick Le Lay a déclaré dans une interview : « c’est
    du temps de cerveau disponible que l’on vend à coca. »

    (...)

    décembre 2008
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    metacognition

    Un grand nombre d’adolescents sont en difficulté d’apprentissage. Certains d’entre eux, courageux, persévérants et soucieux de bien faire investissent énormément d’énergie dans des stratégies peu performantes. La faiblesse de leurs résultats ne reflète pas la masse de travail dépensée ni les qualités dont ils font preuve. Face à cette situation, ces jeunes se retrouvent pour la plupart découragés, démotivés, stressés et perdent confiance en eux. Ils voudraient réussir mais ne savent pas comment s’y prendre.
    Pour remédier à ces difficultés et aux situations de désarroi qu’elles génèrent parfois, certains enseignants de classes du premier degré mettent en place des actions pour aider
    les élèves à mieux apprendre. Ces actions visent à susciter chez les élèves des démarches métacognitives.
    Les paragraphes suivants s’attacheront à définir la métacognition. Ils décriront en parallèle comment certains enseignants utilisent cette dimension en classe à travers la mise
    en oeuvre des stratégies métacognitives.
    Après avoir décrit les pratiques enseignantes, la dernière partie de l’article envisagera le point de vue des élèves en relatant une part de leur discours.

    décembre 2008
    Auteur(s) : Bernadette Matton
  • Analyses
    violence_jeunesse_medias

    De nombreux colloques, études, forums se sont intéressés ces dernières années à la présence importante de la violence dans les médias. La question sous-jacente qui est largement posée est celle de l’influence de scènes de violence (dans les films, dessinsanimés, publicités, etc.) sur le comportement des gens, et plus singulièrement à propos des jeunes et de leur développement. Ces études portent essentiellement sur le contenu (la publicité, les films, les jeux), le public-cible (les enfants, les jeunes, etc.), et d’éventuels outils à mettre en oeuvre (limitation, signalétique, éducation aux médias, etc.).
    Mais qu’en est-il du traitement, ou tout simplement de la présence, des phénomènes de violence, et plus particulièrement du tandem violence/jeunesse, dans les contenus rédactionnels ? A quels mécanismes et contraintes un journal (télévisé, radiophonique ou écrit) est-il soumis pour récolter, analyser et diffuser l’information ? Le choix d’un contenu rédactionnel relatif au couple « violence/jeunesse », et la manière de le traiter, est-il lié à d’autres impératifs qu’à celui strictement d’informer ?

    décembre 2008
    Auteur(s) : Sylvie Roberti
  • Analyses
    gratuite_culturelle

    Nous vivons une nouvelle ère, celle de l’après PC. Le Web est désormais une plateforme d’ouverture et de collaboration où la fluidité de la circulation d’information s’accroît
    sans cesse. Près du quart de la population mondiale s’en sert. Internet est devenu si simple que chaque internaute peut l’utiliser à son gré au point d’en devenir acteur. Avec
    les blogs, par exemple, les internautes s’expriment directement sur leurs sites. Grâce à YouTube et Dailymotion, ils peuvent partager leurs vidéos. Sur MySpace ou Facebook, ils
    développent leurs réseaux sociaux.
    Bref, le paradigme de la société de l’information en tant que modèle sociétal prend forme avec ses atouts et avatars. De nouvelles technologiques numériques révolutionnaires
    aux conséquences indescriptibles bouleversent nos modes de vie. Il s’agit, en l’occurrence, du fait de la convergence numérique ou digitale. En clair, l’information numérique,
    « dématéralisée », justifie ce saut qualitatif et permet au Web de jouer pleinement son rôle novateur de plateforme.

    décembre 2008
    Auteur(s) : Basile M’Poto
  • Analyses
    relations_belgique-congo

    La Belgique partage un « lourd » passé avec le Congo. Seule colonie de notre pays, la Belgique a eu pendant de longues années une influence considérable sur ce pays. À l’occasion du centenaire de la reprise du Congo par notre pays, il est intéressant de se poser la question suivante : mais qu’en est-il aujourd’hui ? L’avis des Belges pèse-t-il toujours là-bas ? Que reste-t-il des relations entre Bruxelles et Kinshasa ? En fait, nous pensons que le poids de notre pays a fortement diminué par rapport au passé. Ce passé pèsera lourd dans nos relations futures. Nous allons retracer le fil de l’histoire pour mieux appréhender l’évolution des liens tissés entre nos deux pays. Nous découperons cette histoire en quatre parties. D’abord nous aborderons la période de la colonisation, après l’indépendance du Congo et l’ère du mobutisme, ensuite le déclin de Mobutu à aujourd’hui et enfin, nous terminerons par la question de l’avenir.

    décembre 2008
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    iran_energie

    Est-il encore utile de rappeler que passer à la pompe et remplir sa cuve de mazout coûte toujours de plus en plus cher ? Nous assistons au troisième choc pétrolier de l’histoire.
    Comment peut-on expliquer cette flambée des prix ? D’une part, le pétrole se raréfie et la demande ne cesse de croître. En effet, la Chine et l’Inde sont en plein développement économique et ont besoin d’une quantité toujours accrue d’or noir. Cependant, ceci n’explique qu’en partie la hausse que nous subissons depuis un certain temps. Mais quelles autres explications pouvons-nous donner à ces hausses ? La situation géopolitique et l’insécurité régnante au Moyen-Orient en est une autre.

    décembre 2008
    Auteur(s) : Frank Marchal
  • Analyses
    declin_empire_americain

    Les États-Unis ont été durant de longues années considérés comme la super puissance de l’échiquier mondial. Aujourd’hui, cette suprématie est remise en question. La fin de la guerre froide a mis fin au système bipolaire opposant le bloc de l’Est face au bloc de l’Ouest emmené par les USA. Les attentats du 11 septembre 2001 ont sérieusement entachés son image inébranlable. Les terroristes, sans moyens militaires ni financiers conséquents, ont réussi à faire vaciller l’Amérique. L’accélération du processus de la mondialisation a vu naître de nouvelles puissances comme la Chine et l’Inde. Le modèle américain est-il en train de s’effondrer ? À tout le moins, il est pris en défaut. Son économie est mise à mal, les conflits engagés en Afghanistan et en Irak s’enlisent et son modèle culturel suscite de nombreuses critiques. Mais est-ce réellement la fin du leadership américain ? Comment peut-on calculer la puissance d’un État ? Raymond Aron définit le concept de puissance comme « la capacité d’une unité politique d’imposer sa vision et ses objectifs aux autres unités politiques. ».
    La puissance peut se mesurer grâce à certains attributs. Joseph Nye en a établi une typologie en sept points :

    1. Les ressources de base : population et territoire.
    2. La capacité d’action militaire.
    3. La capacité économique de production.
    4. Le potentiel scientifique et technologique.
    5. La cohésion nationale : stabilité, consensus...
    6. Le rayonnement culturel.
    7. L’influence de l’État sur les institutions internationales.
    décembre 2008
    Auteur(s) : Frank Marchal

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, cela marque votre accord avec l'emploi de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Ce site emploie des cookies afin d'enregistrer des paramètres et faciliter votre navigation.

Aucune des données collectées dans ces cookies ne sera utilisé dans un but de prospection ni ne sera diffusé à un quelconque organisme tiers.